Les actions fractionnées : les pièges à éviter selon l'AMF

Vous avez entendu parler de « fractions d’actions » ou d’actions « fractionnées », lesquelles sont proposées par des néo-courtiers comme Trading212, Trade Republic, BUX Zero, eToro, Lydia, Revolut et bien d'autres. Ces actions fractionnées permettent d'investir à partir de seulement 1 EUR... mais vous ne savez pas exactement de quoi il s’agit ?


A titre personnel, j’utilise beaucoup les actions fractionnées dans le cadre de mes investissements boursiers. Cela me permet d’avoir un portefeuille composé de plusieurs actions & ETFs afin qu’il soit suffisamment diversifié, mais aussi bien équilibré.


De plus, les actions fractionnées me permettent d’investir de façon échelonnée en rajoutant (par exemple) 200 euros sur mon portefeuille boursier chaque mois, tout en gardant la pondération initialement choisie pour chaque action qui le compose.


Cependant, il y a quand même des choses à savoir et des pièges à éviter.

 

L'AMF nous détaille dans un article complet toutes les bonnes questions à se poser avant de prendre la décision d’investir ou non, en comprenant bien les risques.


Qu’est-ce que les fractions d’actions ?

Des plateformes de trading en ligne proposent d’investir dans des fractions d’actions, notamment des actions de grandes sociétés technologiques américaines à la valeur unitaire élevée (plusieurs milliers de dollars). L’idée, visant à démocratiser l’investissement en Bourse auprès de particuliers ayant des moyens limités pour constituer un portefeuille, a de quoi séduire. Mais ces offres n’expliquent pas toujours très clairement ce dans quoi vous investissez.


Ne pas confondre avec Stock split

Stock split : quand la société divise elle-même son action

Il arrive que la société cotée décide elle-même de diviser ses actions (par 2, par 10, par 100, etc.) quand la valeur unitaire devient trop élevée pour rester accessible au grand public. Elle procède alors à un « stock split », une division de la valeur dite « nominale » de l'action : une division par 10 revient à multiplier par 10 le nombre d'actions en circulation. Le jour de l'opération, le cours est mécaniquement divisé par 10 : vous avez 10 fois plus d'actions qu'avant mais la valeur de votre portefeuille n'a pas varié et vous possédez proportionnellement les mêmes droits (vote et dividende). Cette opération sur un titre est totalement indépendante des actions fractionnées et toute référence à ce type d'opération ne peut que créer la confusion chez l'investisseur.



Lire la suite de l'article sur le site de l'AMF en cliquant sur le bouton ci-dessous :





IMPORTANT :

Un investisseur qui détient une action « normale » ou « complète » pourra effectuer un transfert de son titre depuis son compte A ouvert auprès d’un courtier ou dans une banque, vers un compte B ouvert auprès d’un autre courtier ou dans une autre banque.


Si vous ne possédez qu’une fraction d’action, vous ne pourrez pas la transférer et vous serez « coincé » avec le courtier avec lequel vous avez acheté la fraction d’action. Certains courtiers vous autoriseront un transfert de titre dès lors que vous aurez acheté suffisamment de fractions d’une même action pour atteindre l’équivalent du montant d’une action complète.

Attention, ce n’est pas systématiquement le cas avec tous les courtiers.


Des régulateurs européens étudient la possibilité d’imposer aux courtiers offrant des actions fractionnées à autoriser à leurs clients le transfert de leurs investissements vers d’autres courtiers proposant également des actions fractionnées.


A suivre…

117 vues3 commentaires
News & Actualités
baner new website.png